forgery enfance détruite appauvrissement organisé violation convention européenne des droits de l'homme
RENDEZ    NOUS 
NOS ENFANTS . Org
Association Nationale
06 44 09 18 42 -   h.lombard732@gmail.com 
rendeznousnosenfantsfrance@gmail.com
FB Aso Rendez Nous (fb a détruit notre page Août 2014 !)
amidlisa.org section anti pédo criminalité
Ce site de l'Association Rendez Nous Nos Enfants, qui se bat contre les placements abusifs des enfants par l'ASE donnant des ordres aux juges avec leurs criminels complicités, a pour but : 
 
- d'informer le grand public sur les souffrances criminelles que NOUS subissons, CONTRE    NOTRE    DROIT, 
 
- et de soutenir parents et enfants placés, internés abusivement, nos compatriotes, présents et futurs, les amis futurs de vos enfants à vous non victimes,
 
- dans le but de récupérer nos enfants, 
 
et de punir les coupables et de changer les lois criminelles. et de FAIRE  APPLIQUER  NOTRE DROIT, les droits de l'HOMME.
 
compteur



Pour recevoir nos newsletter merci d’envoyer un e mail à :  h.lombard732@gmail.com
   Accueil      Nos morts
 
NOS MORTS  :

Assassinés, rendus malades ou poussés au suicide = MEURTRES.

 
Si vous connaissez des victimes décédées (personnellement ou par journaux) merci de nous en informer avec éléments, merci . 
Ils méritent qu'on ne les oublie pas.

 

- Philippe Seguin, président de la cour des comptes, mort en janvier 2010, 3 mois après son rapport sur la protection de l'enfance d'octobre 2009, il a eu le courage de dénoncer le trafic d'enfants français dans son rapport. Les coupables seront punis.

 
 
 
 
- Pierre Christol
 
74 ans, rendu aveugle par violence de 4 gendarmes doublé de refus de soin criminel en prison, avec plusieurs tentatives d'assassinat en prison de Nanterre et Bois d'Arcy entre le 14 septembre 1994 et le 15 août 1995, condamné à 1 an de prison pour être rentré dans l'école de son fils(né en 1981), sur lequel les juges lui faisait un chantage criminel, dans le but de se protéger de leurs propres crimes de corruption active au profit d'un syndic, nommé Boivin (Garches) resté 35 ans syndic de copropriété, sans mandat ni compte. !!!!!!!!!! 35 ans de corruption de magistrat !!!!!!!!!!
 
  
Mr Pierre Christol, a été arrêté le 14 octobre 1994, et séquestré en prison 10 mois, par les juges pour lui voler ces trois autres enfants (un petit garçon de 2 ans et des jumelles de 6 mois toujours allaitantes, le 24 décembre 1994) la mère sera elle envoyée en psychiatrie pendant 6 mois, avec chantage criminel de psychiatres et d'infirmières, affirmant qu'elle ne reverra jamais ses enfants si elle continue à vivre avec Pierre Christol, le père. Leurs trois pauvres enfants seront CRIMINELLEMENT séquestrés pendant 7 ans par ces juges criminels, violentés par des instituteurs, victimes des sociaux de l'ASE,  etc.
 
 
Pierre Christol a fait plus de 1500 requêtes à la CEDH Toutes envoyées en recommandé! une requête par violation de son droit fondamental, dont plus de 100 pour des crimes de droit dont des tentatives d'assassinat contre lui ou ces enfants, organisée par des gendarmes par exemple, et commandité par des juges. Jamais la CEDH ne lui a répondu. JAMAIS.

Par racisme  ANTI-BLANC. 

 
Pierre Christol a été assassiné à 74 ans !, aveugle !, à l'Hôpital de st Cloud, par un faux AVC provoqué par une privation VOLONTAIRE d'oxygène au cours ou après une opération (dec 2010 ), le samedi 8 janvier 2011, à 5 heures du matin, le lendemain de mon dépôt à la Cour pénal international (de La Haye, Pays-Bas) de mes deux mémoires dénonçant le génocide des enfants français de souche par les juifs, les arabes, les francs-maçons et le milieu médical.

 
Pierre Christol était un homme extraordinaire, d'une intelligence incroyable, d'une douceur et d'une gentillesse d'âme et de coeur que seuls ceux qui sont dignes et courageux, peuvent comprendre. Il était dénué de toute envie de gloire et d'orgeuil, toujours prêt à partager son savoir et à montrer l'incroyable beauté de la nature et de ses éléments. Curieux, connaissant tant de chose et dans tellement de domaine, qu'il était une encyclopédie à lui tout seul. Il avait ce qui manque à tant d'hommes, le courage de défendre physiquement ces idées si besoin était.
 
Il haïssait l'injustice, détestait les êtres minables criminels incapables de respecter même le bon sens qui osaient se faire passer pour des gens biens alors qu'ils sont des monstres. Il détestait les êtres aux esprits sales, qui cherchent à imputer aux autres, leurs victimes, la responsabilité de leurs propres crimes. 
 
Il était tenace, et n'avait peur de rien ni de personne. C'était d'un homme de coeur, avec une classe incroyable, une prestance qui en disait long sur la beauté de son âme. Un homme comme on aimerai en voir plus, et qui sont si absents, tout autour de nous.
 
Les coupables seront punis.
voir bas de colonne bleue affaire Christol
 
 
 

- Auxerre : un mineur de 14 ans se suicide.   

FAUX UN suicidé ne se suicide pas, on le pousse au suicide ce n'est pas pareille = meurtre.

Le Parisien | 28 Janv. 2012, 15h10

Un adolescent de 14 ans s'est suicidé en se pendant alors qu'il était accueilli dans un foyer de l'enfance à Auxerre (Yonne). Les faits remontent au 25 janvier. Ce jour-là, vers 20 h 30, le personnel encadrant de cet établissement alerte la police pour signaler la fugue d'un de leur pensionnaire.

 

Des recherches sont rapidement organisées dans et autour de ce foyer. Vers 1 heure du matin, dans la nuit du 25 au 26 janvier, l'adolescent est retrouvé, pendu à un arbre dans le parc du foyer. Les policiers ont découvert sur la victime, une lettre où elle indiquait que «la vie était trop dure». Le jeune garçon avait été placé, sur décision de justice, depuis le mois de septembre 2011, dans cet établissement. Une enquête a été ouverte.

 

Dans une société en PAIX, républicaine, qui vole NOS enfants, et le TUE, ce n'est pas une société, 

c'est un système génocidaire INACCEPTABLE. 

 

- un papa 

dont je recherche le nom qui dans les Landes, est allé un jour, sur la place de son village, avec son tracteur et son fusil de chasse se mettre une balle dans la tête,  parce que ces monstres  lui avait volé ses enfants. (recherche détail)

 
 
- Florence,
 
 Jura, 35 ans, s'est suicidée en mai-juin 2010, parce que privé de ses enfants (recherche détail) 
 
 

 

- Corinne Vautier,

 
médecin, mère de deux filles qui lui seront prises 13 mois et qui disparaîtra à Pâques 2008, d'un cancer du sein, épuisé et ........par ces criminels. (recherche détail)
 
 
 
 

- Christian Fontanneau 

 
(limoges) retrouvé mort le 3 mars 2011, alors qu'il avait fait une plainte collective contre l'Etat français devant la CEDH, en septembre 2010, avec son association Intégrité (qui dénonce les crimes des juges),  au sujet de l'implication de la franc-maçonnerie dans le milieu judiciaire. 
Alors qu'une plainte pour assassinat et demande d'autopsie a été demandé avec suspicion importante de meurtre, son corps fût contre la loi, incinéré dans le but d'effacer des éléments de preuve de son assassinat. Ce qui nous permet de démontrer qu'il a donc bien été assassiné. 
 
Association Intégrité       integrite.info@free.fr        voir aussi les articles de presse du Pilori
 
 
Les coupables seront punis
 
 
 
 
 
- Maguy Vargas 
 
(Albi) Femme de caractère, né en Espagne, avec le verbe et l'élan fougueux, ayant enfant connu le francisme et l'oppression, qui avec courage et détermination a su dans l'adversité et la solitude d'une mère veuve jeune de l'homme de sa vie, avec 4 enfants en base âge, protéger ses enfants et leurs intérêts, avec classe. Tout en ayant un point d'honneur a resté coûte que coûte féminine.
 
Ayant courageusement défendu son statut, et ses enfants, les pourris jaloux d'un tel courage, n'ont eu de cesse, par pressions multiples, de l'opprimer, de l'oppresser et de l'appauvrir. 
 
Résistante silencieuse judiciairement, elle fût attaquée et persécutée, alors qu'elle ne demandait plus rien, si ce n'est le simple respect du droit. 
 
Réduite durant plusieurs hivers, à l'absence de tout chauffage et ne survivant qu'avec peu, pendant des années, refusant et entravant piège après piège des pourris, elle garda toujours en tête le droit et son implication puissante. Considérant avec force que la plus simple violation du droit constituait une atteinte très grave de nos droits de l'Homme. Intelligente et nuancée, elle leur faisait peur, même en ne faisant rien. 
 
Elle aimait à se révolter sur le fait que tout était fait pour nous opposer les uns les autres. Tel était son point de vue. Ne recherchant en tout, que la paix, les fonctionnaires verreux n'ont eu de cesse de la persécuter, et de faire des faux en écriture à tous les niveaux, en plus de leurs violations des lois. 
 
Cette persécution permanente, faisait que tenue par le peur, elle décidait de ne plus rien faire. 
Cela ne les a pas empêcher de faire pression sur elle, jusqu'à lui provoquer une attaque cérébrale fulgurante, le jour suivant après un week end passée seule chez elle. !!!!!!
 
Les pourris donneront leurs ordres, et l'ambulance devant prétendument venir de Toulouse mettra plus de 6 heures pour l'amener à l'hôpital, sur Toulouse,  pour ensuite rétorquer comme à leur habitude, que Maguy aurait du être amenée plus tôt............................ pour la sauver. !
 
6 heures pour faire Toulouse - Albi, Albi- Toulouse ! Pour une ambulance !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
Nul ne peut alléguer de sa propre turpitude.
 
Maguy, nous a quitté, épuisée, fatiguée, tant par nos ennemis que par sa propre famille, incapable de comprendre ce qu'on lui faisait vivre, incapable de comprendre ........... la simple vérité. 
 
Une partie de sa  belle famille l'a d'ailleurs trahie.
 
Famille soyez unie, et par nuance, considérez que le droit établit les règles communes entre les citoyens, mais qu'au moins, l'amour et la compassion établie celle de la famille. 
 
Maguy serait vivante aujourd'hui , si sa famille élargie et ses amis avaient été PLUS prés d'elle, effectivement.
 
Nous pensons à toi et à des 5 enfants, dont la petite Charlotte, emprisonnée depuis des années, chez un père, qui l'a priva de voir sa mère, durant son droit de visite, au moment où elle eu son attaque. !
 
Plus de 70 week end, et des dizaines de jours de vacances, volés à jamais, entre Maguy et sa fille, Charlotte. 
 
 
 
 
 
 

- Voici une grand mère  Madame Gisèle Bachelier ,  mère de Eric Coudoin, et grand mère du petit Romain. 

 
Epuisèe de ne pouvoir vivre et côtoyer son SEUL  ET   UNIQUE    petit fils Romain,  que la  mère  trouve tout à fait normal de faire pleurer sans raison, pour en imputer la responsabilité au père, elle s'abandonna, après des années d'efforts. 
 
 
 
Nous donnons ici son courrier à la TV : 
son propre écrit : 
 
 
 
 

 
 
Pour en connaître plus bas de colonne bleu, affaire Coudoin. 
 
 
 
 
 

-  Une mère se suicide

 

Hérault - Midi Libre 23 décembre 2013

> > 

> > " Ne supportant plus de ne pas assez voir ses filles, une maman se tue (...) humainement le Juge des enfants ne lui a laissé aucune chance ..."

> > http://www.midilibre.fr/2013/12/23/ne-supportant-plus-de-ne-pas-assez-voir-ses-filles-elle-se-tue,800988.php#xtor=EPR-2-[Newsletter]-20131224-[Zone_info]

 

> > Une mère de famille agathoise s'est donnée la mort, ne supportant plus de ne pas assez voir ses filles. Selon son ex-compagnon, "la justice et les services sociaux de l'aide à l'enfance lui ont mis une pression terrible".

> > "Nous étions séparés depuis sept ans, insiste Christian, restaurateur à Agde. Mais pour nos deux filles, avec Fernande, nous étions prêts à beaucoup de concessions. Quand elle a traversé une énorme déprime, je l’ai aidée. Elle est venue vivre à la maison et je l’ai embauchée pour qu’elle puisse être tranquille. Mais la justice et les services sociaux de l’aide à l’enfance s’en sont mêlés. Ils lui ont mis une pression terrible. Elle s’est tuée."

> > Une colère froide

> > Christian affiche une colère froide. Retenue, mais tellement palpable. Éric Guilhabert, son avocat, reprend la main. "La femme de Christian est tombée gravement malade et elle avait des passages à vides."

> > "Pour éviter le placement des enfants, en accord avec son épouse, mon client décide au mois de février 2013 de saisir le juge des enfants et de demander de garder ses filles. Un jugement d’action éducative laisse la garde à la mère pour sept mois. Il n’y a eu aucun problème. Cela d’autant plus que mère et enfants vivaient sur place et que Christian pouvait voir tout le monde tous les jours."

> > Demande du maintien des enfants chez la maman

> > Au mois de septembre, la mère de famille s’est refait une santé. Les avocats demandent le maintien des enfants chez la maman. "Mais dès le départ, nous avons eu le sentiment que la juge et les services sociaux n’étaient pas d’accord. Nous avons fait une demande subsidiaire pour éviter tout placement et le père a eu la garde. La mère devant se contenter d’un week-end sur deux avec ses enfants", ajoute Éric Guilhabert. Les parents avaient fait un autre choix et en avaient avisé leurs avocats. Les filles devaient rester chez la mère car tout se passait très bien, d’autant qu’elle était en train de sortir de ses ennuis de santé.

> > La tête sous l'eau

> > "Lui enlever ses filles aurait contribué à lui mettre la tête sous l’eau. Les services sociaux ont compris ce que nous allions faire. Ils ont prévenu mon ex-femme qui si elle ne respectait pas la décision du juge, cela tournerait mal. Un éducateur a même fait du zèle, il l’a surveillée. Quand ce n’était pas son jour, elle ne pouvait même pas les prendre à la maison pour manger le midi." Et la mère de famille, qui n’a pas supporté de ne plus voir ses deux enfants aussi régulièrement, a mis fin à ses jours. "Si je parle de tout ça aujourd’hui, c’est pour que cela n’arrive pas dans d’autres foyers. Cet homme qui se dit éducateur a outrepassé ses droits, il est allé trop loin. Avec la juge, ils sont responsables de ce qui est arrivé. Ils ont gagné, la mère de mes enfants respecte à la lettre les prescriptions. Elle est morte et mes filles n’ont plus de mère."

> > 

> > Le Département réservé

> > Les services sociaux du Département n’ont pas souhaité s’exprimer sur ce dossier qui touche de près l’avenir d’enfants mineurs. Ils n’ont pas plus commenté le rôle de l’éducateur. "Il est trop tard aujourd’hui, détaille Éric Guilhabert, pour revenir en arrière. Juridiquement, la juge a fait droit à notre demande, mais humainement, elle ne lui a donné aucune chance. Elle l’a enfoncée et lui a mis la tête sous l’eau. Personne ne l’a entendue, personne ne s’est préoccupé de sa santé."

> > Depuis quelques jours avec Christian, il cherche un moyen de porter l’affaire devant les tribunaux afin d’être certains que pareille chose n’arrive plus jamais.





 

- les enfants qui fuguent ne sont qu'un article de journal alors que sous la responsabilité de ces fonctionnaires, voleurs et sèquestreurs : traités comme de la marchandises : 

http://www.ladepeche.fr/article/2015/10/31/2208058-fugue-vire-drame-trois-jeunes-tues-route.html

Les trois occupants d'une voiture ont été tués hier au petit matin lors d'une collision avec un camion, près de Trie-sur-Baïse. Le conducteur, 20 ans, n'avait pas le permis. Ses passagers, de 17 ans, étaient en fugue d'un foyer d'Auch.

Une véritable scène d'horreur. C'est ce qu'a découvert la propriétaire du jardin dans lequel les deux véhicules ont fini leur course. Dans la Renault Clio, il y avait trois cadavres. Très choqué, l'un des premiers témoins de l'accident a été hospitalisé. Hier, vers 5 heures du matin, une Clio blanche qui roulait sur la D21 dans le sens Castelnau-Magnoac-Campuzan a percuté avec une extrême violence un camion qui circulait sur la D 10 en direction de Mirande. Les trois occupants de la voiture sont morts sur le coup : Jason, le conducteur âgé de 20 ans et les deux passagers, la sœur du conducteur Mélissa et Rudy, âgés de 17 ans. Arrivés sur place très rapidement, les pompiers des centres de secours de Trie, Galan et Castelnau-Magnoac ont longuement désincarcéré les victimes. La voiture s'est encastrée contre un arbre et sous la violence du choc, le moteur s'est détaché du châssis. Un peu plus loin, le camion s'est couché entre la route et la clôture démolie sur plusieurs mètres. Évacué au centre hospitalier de Lannemezan, le chauffeur de l'entreprise Libaros, de Mouchès, est grièvement blessé mais ses jours ne sont pas en danger. Le chargement du camion, qui transportait de l'enrobé, s'est déversé sur la route. «C'est la première fois que nous sommes confrontés à un tel accident», réagit le chef d'entreprise gersois Jacques Libaros. Que s'est-il passé ? Selon les premières déclarations du chauffeur recueillies par les gendarmes de la communauté de brigades de Trie-sur-Baïse, le jeune conducteur aurait brûlé le «Stop» et le chauffeur du poids lourd n'aurait pu éviter la collision. Le conducteur, âgé de 20 ans, Jason E., roulait sans permis de conduire. Selon nos informations, il rejoignait avec sa sœur Mélissa et Rudy une mère de famille qui l'hébergeait occasionnellement à Campuzan. «C'est un refus de priorité du conducteur du véhicule léger qui est bien à l'origine de l'accident. En revanche, il n'y a rien à reprocher au chauffeur du poids lourd», confirme le vice-procureur de la République de Tarbes. Pour ce qui est d'une éventuelle alcoolisation ou prise de stupéfiants, il est encore trop tôt pour répondre : les prélèvements sanguins sont en cours.


Auch : la maison d'enfants Louise de Marillac en deuil

C'est la consternation et le chagrin à la Maison d'enfants Louise de Marillac : Melissa et Rudy, deux des victimes de l'accident de Campuzan, étaient hébergés dans ce foyer situé en plein centre d'Auch, derrière la cathédrale. Selon nos informations, la fugue de ces deux mineurs âgés de 17 ans remonterait à plusieurs semaines. Melissa aurait voulu rejoindre son frère aîné Jason : c'est sans doute lui qui s'est occupé d'elle pendant ces semaines, dans un contexte familial très difficile, leur père étant décédé et leur mère incarcérée.

Melissa aurait entraîné Rudy dans sa fugue, le garçon ayant semble-t-il trouvé refuge chez sa grand-mère dans le secteur de Trie-sur-Baïse. Que faisaient-ils tôt hier matin sur cette route départementale à Campuzan ? On l'ignore. Ce qui est sûr, c'est que le décès brutal de ces trois jeunes a provoqué un vif émoi au foyer Louise de Marillac. L'association, reconnue d'intérêt général depuis 2009, gère plusieurs structures à Auch dont cette maison d'enfants qui accueille, sur décision judiciaire ou administrative, des jeunes de 6 à 18 ans dans le cadre de la protection de l'enfance. Elle est placée sous le contrôle de l'Aide sociale à l'Enfance (ASE), un service du conseil départemental du Gers.

Hier matin, la terrible nouvelle de Campuzan est arrivée à la direction de la solidarité départementale alors que les élus gersois débutaient une session publique dans l'hémicycle.

------------------------------------

le journaliste ne se demande pas quelle doit être la souffrance de cette mère ?????????  NON   

avec nous, parents d'enfants volés, nul ne partage nos souffrances, certainement pas les journalistes. 

!!!!!!!!!!!!!!!

les complices silencieux du génocide .

P.-J. P


 
 
 
 

Art 211-1 CP (un seul des éléments suffit)

« Le fait en exécution d'un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d'un groupe déterminé à partir de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l' encontre de membres de ce groupe l'un des actes suivants :

-        atteinte volontaire à la vie,

-        atteinte grave à l'intégrité physique ou psychique,

-        soumission à des conditions d'existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe,

-        mesures visant à entraver les naissances,

-        transferts forcés d'enfants,

constitue un génocide. « 

AUCUNE   OPTION    FAVORABLE . Le génocide est donc bien démontré.

AIDEZ  NOUS  A  FAIRE  CHANGER  LES CHOSES  

S'il vous plaît.