forgery enfance détruite appauvrissement organisé violation convention européenne des droits de l'homme
RENDEZ    NOUS 
NOS ENFANTS . Org
Association Nationale
06 44 09 18 42 -   h.lombard732@gmail.com 
rendeznousnosenfantsfrance@gmail.com
FB Aso Rendez Nous (fb a détruit notre page Août 2014 !)
amidlisa.org section anti pédo criminalité
Ce site de l'Association Rendez Nous Nos Enfants, qui se bat contre les placements abusifs des enfants par l'ASE donnant des ordres aux juges avec leurs criminels complicités, a pour but : 
 
- d'informer le grand public sur les souffrances criminelles que NOUS subissons, CONTRE    NOTRE    DROIT, 
 
- et de soutenir parents et enfants placés, internés abusivement, nos compatriotes, présents et futurs, les amis futurs de vos enfants à vous non victimes,
 
- dans le but de récupérer nos enfants, 
 
et de punir les coupables et de changer les lois criminelles. et de FAIRE  APPLIQUER  NOTRE DROIT, les droits de l'HOMME.
 
compteur



Pour recevoir nos newsletter merci d’envoyer un e mail à :  h.lombard732@gmail.com
   Accueil      VICTIMES BOUGEZ      Santé

Les fédérations de sociaux sont aussi celles du milieu médical.  

Ils travaillent tous ensemble, ne l'oubliez pas. Et ils se donnent mutuellement du travail. 
leurs cobayes, VOUS,  sont aussi ceux des autres, et ils en vivent tous, sans la moindre honte.

 
Rendez nous nos enfants intervient contre Marisol Touraine pour des affaires très graves : 
 

 

SACHEZ que les hommes en France ont été vaccinés systématiquement à partir de 1850 au travers du service militaire.

Résultat : 

- la France est le pays le plus vacciné du monde MAIS aussi le plus stérile chez les hommes. !!!!!

 

 

Les femmes et les enfants le furent en 1936.
 
Résultat : 
 
- les enfants vaccinés dès 1936 en bas âge ont aujourd'hui en 2016 : 80 ans
 
En France, Alzheilmer touche 850 000 personnes, et 220 000 nouveaux cas apparaissent chaque année. 
 
Normal depuis 1936, la machine infernale de destruction a commencé. 
 
 

 

Beaucoup d'enfants sont dans un état déplorable de santé A  CAUSE du milieu médical, qui plutôt que de reconnaître ces crimes , en impute les causes aux parents. 

- l'autisme est désormais démontré comme étant une conséquence de vaccination. 

- l'hyperactivité est un trouble simple que les pourris, sociaux, médicaux et juges , amplifient par intérêt mais absolument pas pour celui de l'enfant 

(se soigne avec du vinaigre, méthode de Kneipp)

- la bipolarité sont des conneries pures et simples  et ne s'exprime que dans des sociétés dans lesquelles l'individu est perpétuellement poussé à bout, 

(ils allèguent de leurs propres turpitudes)

- etc etc etc 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

Des parents ont été accusés à tort de maltraitance sur leur bébé

par Julien Prioux

Des parents se sont battus 3 ans pour prouver que les rougeurs sur la peau de leur bébé venaient de la même maladie que celle de sa mère. Jugés en correctionnelle, ils viennent d'être relaxés.

Des parents ont été accusés à tort de maltraitance sur leur bébéANWAR HUSSEIN COLLECT/SIPA



Publié le 09.07.2015 à 22h35

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « plus de 80 % des mauvais traitements sont infligés aux enfants au sein de la famille, dans toutes les classes sociales ». Pour mettre fin à ces calvaires infantiles, la HAS a déjà publié des recommandations à destination des médecins afin de les aider à détecter les signes de la maltraitance. Sauf que dans ces affaires, les apparences sont parfois trompeuses. Et c'est ce que nous rappelle une triste histoire révélée dans l'Est Républicain ce jeudi. 

Des hématomes dus à une maladie rare

L'angio-œdème héréditaire est une maladie génétique orpheline qui peut provoquer des gonflements et des rougeurs qui ressemblent à des hématomes. Il aura donc fallu plus de trois ans à Sabrina et Yoan pour prouver aux services sociaux que Louna, leur fille, en était atteinte, et n'était pas un bébé maltraité.

L'histoire ommence en février 2012, lorsque ces jeunes parents la conduisent aux urgences d'un hôpital de Nancy. La petite, âgée d'à peine trois mois, est somnolente et refuse de téter sa mère. Puis, une fois dans l'établissement, des plaques apparaissent sur sa peau, ressemblant à des coups, notamment « avec un méga hématome recouvrant la moitié du visage », explique son père dans le quotidien régional. Sabrina, qui reconnaît bien là les symptômes de l'angio-œdème héréditaire, dont elle souffre aussi, expose la situation aux médecins. Ces derniers décident néanmoins de signaler l'enfant pour soupçons de maltraitance aux services sociaux et à la police.

Le tribunal correctionnel relaxe les parents

Les parents se retrouvent alors tous deux en garde à vue pour « violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans avec plusieurs circonstances aggravantes ». De son côté, Louna est placée dans une famille d'accueil, où elle vit toujours actuellement. Relâchés par la suite, Sabrina et Yoan seront finalement mis en examen, raconte l'Est Républicain. Pourtant, les mois passent et la situation ne s'améliore pas pour les parents. Une expertise médicale vient même exclure l'hypothèse de la maladie, et confirmer la maltraitance.

Au final, c'est une prise de sang et l'expertise d'un médecin spécialisé dans cette pathologie très rare qui permettra de mettre fin à une injustice. D'après le pédiatre qui l'a examinée, Louna n'a donc jamais subi de violences, mais a été victime d'une crise d'œdèmes déclenchée par une infection. 
Jugés en correctionnelle le 22 juin, les parents ont donc été relaxés. 

Mais dans le quotidien régional, l'avocat des parents, Me Strohmann, estime que le mal est fait. « Cela n'aurait jamais dû durer aussi longtemps. Le principe de précaution par rapport aux violences sur mineur a montré sa limite dans cette affaire. Cela a débouché sur un massacre familial », assure l'avocate du couple. Sabrina et Yoan, qui vont pouvoir enfin récupérer leur fille, réfléchissent à présent à poursuivre les services sociaux et l'hôpital .

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rapport handicap et protection de l'enfance 2015    ICI

 
------------------------------------------------------------------------------------------------
 
L'autisme : 
 
127 associations sur l'autisme dénoncent   les placements abusifs  ICI 
 
leur communiqué :  ICI 
 
Placements abusifs d'enfants autistes : 127 associations dénoncent Actuellement en France des dizaines de familles avec un 
 
ou plusieurs enfants autistes, qu’elles essaient de faire diagnostiquer, sont menacées de placement ou ont vu leurs enfants 
 
leur être arrachés. La raison : les services de l'aide sociale à l'enfance les accusent d'être responsables des troubles de leur enfant. 
 
Mieux, ils nient les diagnostics établis par des médecins référents en matière d'autisme et les mères sont accusées de
 
 pathologies surréalistes non reconnues dans les classifications internationales : Syndrome de Münchhausen par procuration 
 
et aliénation parentale, en violation du Code de la Santé publique. Un exemple parmi tant de témoignages reçus ou quand
 
l'incompétence le dispute à l'injustice Les associations suivent une énième histoire où tout le monde sait qu'une erreur est 
 
sur le point d'être commise, mais, malgré tout, pour préserver de bonnes relations de travail entre les différentes institutions,
 
 le Conseil Départemental de l'Isère s'apprête à séparer et placer une fratrie de 3 enfants atteints de Troubles Envahissants 
 
du Développement (une forme d'autisme). Le juge nie les diagnostics et la mère est accusée de provoquer les troubles pour 
 
"toucher les allocations handicap" et "attirer l'attention sur elle". 
 
Le docteur Sonié, médecin coordonnateur du Centre Ressources  Autisme RhôneAlpes 

est pourtant très claire sur les conséquences à venir : "risque de traumatisme psychique et d'une aggravation

des troubles du développement dans une structure collective et non spécialisée".

 Une solution provisoire existe pourtant, 

 
en attendant l’appel, et qui pourrait satisfaire tout le monde : un placement familial chez les grands-parents. Mais là encore, 
 
le Conseil Départemental ne donne pas suite à cette requête et préfère se cacher derrière la décision de justice et poursuivre
 
 tête baissée l'application d'une mesure dont tout le monde sait qu'elle sera destructrice pour les enfants. Une pseudo-Protection
 
 de l’Enfance va détruire des enfants victimes du système. Les éléments de la machine à broyer sont bien connus :
 
 La Protection de l’Enfance est devenue un système largement dévoyé : appel, y compris anonyme, à la délation permanente, 
 
droits des familles violés en permanence, accès interdit aux rapports établis à leur encontre et aux débats contradictoires, 
 
judiciarisation abusive des informations transmises aux services sociaux, experts judiciaires non-indépendants et incompétents, 
 
méconnaissance totale du handicap et vision préhistorique de l’autisme comme conséquence d’une relation déviante entre la
 
 mère et l’enfant, sous-traitance des enquêtes et placements à des associations sans formation ni contrôle, maltraitances souvent
 
 signalées. Autisme France a fait un rapport pour dénoncer les dysfonctionnements de l’Aide Sociale à l’Enfance : les dérapages 
 
mentionnés font pourtant l’objet de rapports officiels depuis 15 ans (voir le rapport de l'association Autisme France sur les violations
 
 des droits et dysfonctionnements de l'Aide Sociale à l'Enfance). Jamais une réaction, une correction des maltraitances et violations
 
 des droits. Les aides sociales à l’enfance sont des zones de non-droit qui attentent aux libertés et aux droits de l’enfant et de sa
 
 famille. 
 
Ce scandale doit cesser. 
 
Contacts presse :
 
 Ghislaine Lubart : 06 60 72 07 58 
 
Danièle Langloys : 06 21 77 31 98
 
 Liste des 
 
127 associations, dont Autisme France, Collectif Egalited, Sésame Autisme, Collectif Autisme, UNAPEI, etc… sur demande.

 

Art 211-1 CP (un seul des éléments suffit)

« Le fait en exécution d'un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d'un groupe déterminé à partir de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l' encontre de membres de ce groupe l'un des actes suivants :

-        atteinte volontaire à la vie,

-        atteinte grave à l'intégrité physique ou psychique,

-        soumission à des conditions d'existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe,

-        mesures visant à entraver les naissances,

-        transferts forcés d'enfants,

constitue un génocide. « 

AUCUNE   OPTION    FAVORABLE . Le génocide est donc bien démontré.

AIDEZ  NOUS  A  FAIRE  CHANGER  LES CHOSES  

S'il vous plaît.